Menu

Devenez membre VIP pour seulement 50$/an  —  Abonnez-vous »

Trucs et astuces: Survie en forêt

Renée-Claude Bastien est guide de plein air depuis près de 20 ans. On lui a demandé de nous donner quelques trucs à appliquer dans une situation de survie en forêt.

Survie VS vie en forêt

Survie (n.f.): « Fait de survivre, de se maintenir en vie »

Cette définition nous pousse à nous demander dans quel genre de pétrin se trouve-t-on pour devoir se « maintenir en vie » en situation de plein air!

Lorsque l’on parle de survivre en plein air, il est important de faire la distinction entre la survie et la vie en forêt. Apprendre à cueillir des plantes médicinales, se confectionner des arcs et des flèches, allumer un feu à l’aide d’une méthode ancestrale de friction, faire de la banique sur un feu de bois… tout ça est super intéressant et amusant à faire comme activité, mais ces habiletés ne sont pas particulièrement utiles dans une situation problématique en contexte de plein air. 

Si l’on considère que les sentiers sont bien balisés, que les outils d’aide à la navigation sont accessibles au bout des doigts, qu’il existe maintenant plusieurs formations en plein air qui nous aident à développer nos compétences de pleinaireux modernes, il est possible de croire que toute situation de survie peut être résolue rapidement. 

Les sources de problèmes

Les incidents les plus probables qui vous engageraient dans une situation de survie lorsque vous pratiquez vos activités de plein air se classent dans 3 catégories : 

  1. Vous êtes perdu (pour vrai, donc impossible de vous retrouver, vous restez sur place et attendez les secours)
  2. Vous êtes blessé (ou votre partenaire l’est) et la progression est devenu impossible
  3. L’itinéraire planifié n’est plus réalisable dans les conditions actuelles (ex : météo, bris ou perte d’équipement, destination impossible à atteindre à cause d’une mauvaise planification, etc.)

À toutes ces situations le même remède ! 

Quoi faire en mode survie

Écourtez la situation

    • Assurez-vous de toujours laisser votre itinéraire à un proche (affectueusement surnommé votre ange-gardien) afin que ce dernier puisse retracer vos pas ou qu’il puisse déclencher les secours si vous n’êtes pas de retour à l’heure ou la date prévue.
    • Informez-vous des moyens de communication disponibles sur le lieu de pratique avant de partir. Si vous avez besoin d’aide et que le cellulaire ne passe pas, que faites-vous? Quel moyen avez-vous pour communiquer avec le monde extérieur? C’est mieux d’y penser avant de partir.  
    • Assurez-vous d’être visible. Ce n’est pas pour rien que mon propre équipement est toujours de couleur très voyante, si j’ai un pépin, je veux qu’on me trouve! Apportez un petit briquet et apprenez à faire un feu de boucane afin de vous faire repérer du haut des airs. 
    • Attachez à votre briquet un sifflet de style FOX 40, ce dernier servira à de signaler votre présence à l’équipe de recherche. 
    • Dans certains cas, votre lampe frontale peut servir à identifier votre position. 

Faites-vous confiance ! Rappelez-vous qu’avant que cette situation n’arrive, vous aviez planifié le tout.

    • Vous avez un ange gardien qui engagera les secours lorsqu’il s’apercevra que vous n’avez pas donné signe de vie au moment prévu. 
    • Vous avez les vêtements adéquats pour faire face aux températures prévues.
    • Vous avez suivi une formation de 1ers soins en région isolée, donc possédez les compétences et connaissances nécessaires pour veiller à votre blessure ou celle de votre partenaire.
    • Vous avez de la nourriture d’urgence (ex : quelques barres d’énergie) pour faire face ce genre de situation.
    • Vous avez des capsules de purification de l’eau dans votre trousse de premiers soins afin de vous garder hydraté.

Vous avez tout ça, n’est-ce pas?

Améliorez votre sort

    • Si vous avez une petite toile abris, installez-vous un abri de fortune pour vous protéger des intempéries en attendant les secours. Vous éviterez ainsi de dépenser une quantité importante d’énergie à jouer au castor bricoleur en vous construisant un abri de fortune. 
    • C’est le temps de mettre à profit votre capacité à allumer des feux dans toutes sortes de conditions, même sous la pluie ! Vous pouvez l’allumer grâce au briquet que vous avez dans la poche, ou celui sur le dessus de votre sac à dos, ou celui dans votre trousse de premiers soins, ou encore celui dans votre trousse de réparation (lire ici: on a jamais trop de briquets avec soi!)
    • Protégez-vous du froid du sol en utilisant votre sac à dos comme matelas. 
    • Explorez votre entourage immédiat en utilisant du ruban de balisage (que vous aviez dans votre trousse de réparation). Pour utiliser le ruban, j’attache un bout de ruban sur une branche au niveau de mes yeux, j’avance, je regarde derrière moi et avant de perdre de vue mon dernier bout de ruban, je recommence.  

L’importance d’observer votre environnement

Je fais du plein air depuis plus de 25 ans. Avant de faire du plein air, je vivais en plein air. Pas à la manière d’un Mowgli, mais j’ai grandi dans une maison (que certains nommeront chalet) bordée d’une immense forêt et d’un lac. Je me suis quelques fois égarée, mais jamais pour bien longtemps. J’ai rapidement compris l’importance d’observer la nature autour de moi afin d’identifier des repères pour savoir où je suis et où je vais. Je n’ai jamais eu à passer une nuit en « vraie » situation de survie. Je prépare et planifie mes aventures avec soins et je m’assure d’avoir les compétences, connaissances et les habiletés nécessaires pour réaliser mes projets. Je me gère comme si personne ne venait à mon secours. Je vous invite à faire de même et d’éviter ainsi de vous retrouver en « vraie » situation de survie, pour profiter d’une expérience positive à chacune de vos sorties. 

Bonne aventure ! 

Renée-Claude Bastien est guide d’aventure depuis près de 20 ans. Elle est enseignante et coordonnatrice de l’AEC – Guide en tourisme d’aventure du cégep de Saint-Laurent, elle est instructeur de 1ers soins en régions isolées pour Sirius, Monitrice de canot pour Canot Kayak Québec, Formatrice en randonnée pédestre (Rando Québec), Monitrice Sans trace (Sans trace Canada), en plus de détenir sa reconnaissance professionnelle du Conseil Québécois des Ressources Humaines en Tourisme (CQRHT) et d’être certifiée par l’Association Canadienne des Guides de Montagne (ACMG), comme instructeur du programme de Guide de longue randonnée.

Renée-Claude Bastien, Guide d’aventure

Commentaires