Menu

Devenez membre VIP pour seulement 50$/an  —  Abonnez-vous »

Randonnée sauvage au Yukon

Lors de mon dernier road trip, en mai 2019, la découverte du parc territorial Tombstone, sur le territoire du Yukon, a été un réel un coup de cœur. Exploration au creux des sommets rocheux. 

Mon voisin de camping me confie son amour « plus grand que nature » – comme le mentionne la devise – pour le Yukon et tout ce que le territoire a à offrir. Ce cher Randy tente même de me convaincre de déménager ici pour profiter tous les jours d’une nature grandiose. Ici, les grands espaces sont rois, et le respect qu’ils inspirent se fait définitivement sentir. En arrivant au parc territorial de Tombstone, je comprends rapidement l’attachement de Randy pour ce territoire canadien méconnu. Impossible de remettre en question le choix de la devise, je suis bien en territoire sauvage. On surnomme d’ailleurs cet endroit « la Patagonie du Nord », et c’est facile de comprendre pourquoi lorsqu’on observe ses sommets de granite enneigés. Les randonnées, les paysages uniques et la solitude sont à faire rêver tout aventurier. 

S’étendant sur 2200 kilomètres carrés, le parc territorial de Tombstone offre quelques belles randonnées. Je dis « quelques », car malgré l’immensité du parc, on y trouve seulement six sentiers dans l’avant-pays. La randonnée du lac Grizzly est à inscrire sur la liste des incontournables, Elle est d’ailleurs la seule qui mène dans l’arrière- pays du parc. S’étirant sur 11 kilomètres, il faut prévoir une journée pour la compléter et passer la nuit au lac Grizzly. L’itinéraire peut même être rallongé de quelques jours pour se rendre vers le mont Monolith et ensuite vers le mont Tombstone. Quelques sites de campings sauvages sont mis à dispositions des randonneurs et un permis est nécessaire pour camper. 

La randonnée peut également être écourtée facilement. C’est ce que j’ai décidé de faire, question de revenir dormir bien au chaud dans la Chevy van ! Le départ se fait au kilomètre 58, dans une forêt assez dense. Pas une seule voiture en vue dans le stationnement du lac Grizzly. Le soleil est bon, la température de mai est parfaite pour gravir les montagnes yukonnaises. Après environ deux kilomètres, les arbres rétrécissent et laissent place aux panoramas grandioses de la vallée Grizzly. Les contrastes de couleur de la toundra verdoyante et les sommets de granite me font apprécier la montée qui gagne 800 mètres d’altitude au passage. Quelques kilomètres plus loin, un premier sommet à environ 1350 mètres d’altitude peut être votre destination finale. La crête qui se dessine devant mes yeux est invitante. Le temps change alors que j’atteins un deuxième et un troisième sommet, le visage balayé par le vent. Ça vaut le coup : la vue sur les chaînes Tombstone est tout simplement renversante! La descente s’exécute bien, plutôt agréable même, étant donné le paysage qui m’entoure. Combien de randonneurs avons-nous rencontrés sur les 12 kilomètres totaux parcourus ? Quatre ! 

Facile de tomber en amour avec le parc, surtout en mai ! Pas de moustique, pas de touristes (ou presque) température clémente et surtout, ce soleil de minuit qui offre la possibilité d’étirer une randonnée de quelques kilomètres sans avoir peur de rentrer à la noirceur. Explorer ce joyau du Yukon me fait réaliser à quel point je connais peu mon propre pays. Derrière le volant, sur fond de CCR, ma Chevy van 89 roule doucement sur la Dempster Higway. Au creux de ce paysage hors du commun, de ces sommets de granite, le soleil brille au loin et je m’éloigne tranquillement de notre Patagonie canadienne. 

Elisabeth Beaudoin

Commentaires