Menu

Devenez membre des chèvres : curieuse, aventureuse ou audacieuse?  —  Abonnez-vous »

5 conseils d’une exploratrice

À ma moyenne surprise, j’entend souvent dire qu’on me considère comme une exploratrice. Mais c’est quoi, au final, une exploratrice? Selon une rapide recherche en ligne, c’est quelqu’un « qui aime s’aventurer en terrain peu connu, difficilement accessible ou lointain ». J’avoue que je me retrouve assez bien dans cette définition, et que la recherche du nouveau m’alimente beaucoup. 

L’été est une EXCELLENTE saison pour commencer ses explorations, et pour se préparer à des aventures d’automne et d’hiver. Voici donc de mes trucs et conseils pour explorer et découvrir des nouveaux coins sans trop vous perdre (je vous préviens déjà, c’est impossible, ça va arriver ) et en ayant le plus de succès possible. Attention, le succès, c’est relatif à vos attentes 😉 .  

1: Se former

On n’y pense pas toujours mais, l’orientation et la survie ce n’est pas inné chez tout le monde. Si on veut partir à la recherche du meilleur spot, on doit savoir comment revenir chez soi. Il faut aussi se dire qu’on pourrait avoir à passer une nuit dehors, des fois par temps froid. 

Voici les formations que j’ai suivies et que je recommande. 

  • Formation de secouriste en région éloignée (40h) avec les Chèvres de montagne
  • Formation de sécurité en Avalanche 1 
  • Formation de gestion de terrain avalancheux ( Les Chèvres de Montagne et Avalanche Québec

Formations offertes par les Chèvres sur ma bucketlist:

Formations autres très pratique mais, non-classée comme essentielles à des débuts d’exploration

  • Formation de secouriste en région éloigné ( 80h). 
  • Formation de sécurité en avalanche 2

2: Utiliser de bonnes ressources

Pour m’orienter j’utilise principalement Maps.me et Gaia. Topo Canada et Google sont aussi disponibles. Souvent, lorsque j’apprivoise une nouvelle application, j’en utilise plus d’une à la fois plus pour apprendre à bien m’en servir. Cependant, ceux qui me connaissent savent que je ne jure pratiquement que par Maps.me, et le bon vieux duo: carte papier plastifiée et boussole.

Pour m’inspirer sur les destinations et activités à essayer, j’aime beaucoup lire les blogs personnels d’explorateurs. On peut souvent trouver plein de commentaires constructifs et conseils dans ce genre de billet. J’écoute également des documentaires d’aventures de façon assez régulière! 

Sinon, côté pratique en hiver, le site et la communauté Estski offre plein d’informations sur les spots de touring au Québec, en plus d’avoir une portion blogue bien intéressante.

3: Se préparer, se pratiquer ( et faire des erreurs ) 

Typiquement et lorsque je ne vais pas trop loin de chez moi, je choisi mon spot d’aventure la veille du départ et je l’étudie un peu sommairement. Pour choisir où je vais aller, j’y vais avec ce que j’ai entendu, lu, vu de loin. 

Pour commencer ta carrière d’exploratrice, pas besoin de partir à l’autre bout du monde. Ça peut être simplement de décider de couper dans le bois entre deux sentiers balisés ou skintraks, ou même d’aller dans un endroit balisé qu’on ne connait pas (à deux au minimum pour commencer, histoire de rester sécuritaire). 

Évidemment, plus un plan d’exploration ressemblera à nos prévisions, plus on pourra pousser les limites de futures explorations. Le tout en gagnant en confiance, de plus en plus loin, hors des sentiers battus. Ce plan, on apprend à le préparer avec différentes formations, il inclut à la base notre point d’arrivée à destination, le temps nécessaire requis et l’énergie finale qu’on prévoit avoir à l’arrivée (qui ne devrait pas être à zéro!). 

4: S’équiper 

Des articles de blogue sur le matériel nécessaire à différents sports, activités et aventures, il y en a à la tonne via les internets. Personnellement, je vous conseille d’être « essentialiste » dans vos prévisions, c’est-à-dire de privilégier le matériel qui vous sera utile cas de pépin. Je pars toujours en me disant que je vais peut-être passer la nuit dehors, ou avoir à faire un sauvetage en milieu éloigné. Rassurez-vous, ce n’est jamais arrivé encore pour la nuit, mais pour le sauvetage oui (!). Donc, l’équipement c’est important, on ne le répètera jamais assez. 

5:  L’aventure, c’est parfois juste un manque de préparation 

On rencontre des surprises même en étant extrêmement bien préparée. Scénarios probables: se ramasser à marcher dans les buissons les plus denses de sa vie, traverser des marais, passer des journées entières sans rien d’amusant, avoir des petites discussions du genre: « je te l’avais dit », « je suis sur que c’est par là », « on aurait du », « pourquoi on fait ça », etc. 

J’en ai déjà parlé dans mon billet sur la pêche, un peu de souffrance ça permet de vraiment profiter des imprévus agréables des explorations. Un rayon de soleil dans un journée froide, ou un ami qui a pensé à faire une tisane de chai deviennent des moments de bonheur inusités. Peu importe l’objectif final, les joies de l’exploration nous surprennent toujours! 

Kate, chiropraticienne, Chèvre d’expérience et exploratrice

Commentaires